RACINES

 

"Le film se situe entre l’œuvre plastique et le documentaire, proche de Sokourov.
On redécouvre les choses.

C’est beau, puissant, fort, presque fantastique.

J’ai été bluffé."


Yves Caumon, cinéaste français.

Documentaire de création - essai - 21mn (Film réalisé dans le cadre d'une résidence avec l'association Le fond et la forme - Béatrice Amiel et Jean-Michel Filiqiuer)

 

J'avais l'envie de traduire l’impermanence et l’acceptation.

Il y a cette relation à ce qui est premier, primitif, élémentaire.

Avec ses paysans, ses paysans qui se fondent et se refondent dans l'originel.

Cette nature primaire, enveloppante et prégnante.

Il y a d'où l'on vient, la vision contemplative accrochée en soi comme une nécessitée pour ne pas se perdre.

Pour rester avec.

Pour comprendre, aussi, par la distance bienveillante, ce que notre monde propose, impose.

Et au fond pour se voir comme assimilé au reste, au tout, in fine.